PRODIG - Pôle de Recherche pour l'Organisation et la Diffusion de l'Information Géographique

Performances économiques de l'agriculture familiale, patronale et d'entreprise

Comparaison à partir d'études de cas en Côte d'Ivoire

Samir EL OUAAMARI, Pascal TILLIE, Fatouma-Lucie SANOU, Viviane TRÈVES, Constantin GIRARD, Sergio GOMEZ-Y-PALOMA, Hubert COCHET

Editeur : Publications Office of the European Union
ISBN (PDF) : 978-92-76-10934-1
ISBN (Papier) 978-92-76-10935-8
Date de publication : 2019
DOI : 10.2760/224569
Consultation en libre accès : https://publications.jrc.ec.europa.eu/repository/bitstream/JRC116258/jrc116258_online.pdf

L'agriculture en Côte d'Ivoire est le fait de différents types de systèmes de production, qui diffèrent grandement les uns et les autres, en termes de taille, d'accès aux ressources de production (travail, capital) ou encore de droits fonciers. Certaines régions combinent sur un même espace des systèmes de production familiaux, patronaux et d'entreprises, chacune de ces catégories pouvant d'ailleurs renfermer une grande diversité de systèmes. Par ailleurs, ces différentes exploitations n'évoluent pas en vase clos, loin de là, et elles interagissent et échangent connaissances, ressources et produits finis. Leur trajectoire de différenciation – en constante évolution – ne peut se comprendre que par une étude fine de leurs caractéristiques et de leurs relations les unes aux autres. Il en va de même pour l'étude de leurs performances économiques. L'objectif de ce projet de recherche, dont les principaux résultats sont rassemblés dans ce rapport, était donc d'analyser le fonctionnement économique de ces différents systèmes de production, et par conséquent leurs performances économiques comparées, à partir de trois études de cas en Côte d'Ivoire, concernant plus particulièrement la culture de l'hévéa, du palmier à huile et de la canne à sucre. Les résultats montrent l'importance de la prise en compte de tous les aspects des exploitations dans la réalisation de telles analyses : les performances "au champs" (rendement, marge brute) s'avérant de mauvais indicateurs de la performance finale. Nos résultats montrent la capacité de l'agriculture familiale à générer des revenus important alors même qu'elle reste très peu dotée en capital. Dans les trois régions étudiées de Côte d'Ivoire, les exploitations familiales sont capables de rivaliser avec les exploitations patronales et industrielles voisines. Grâce à des systèmes de culture complexes, associant cultures pérennes et cultures vivrières, elles créent bien souvent plus de richesse par unité de surface ou de travail que les plus grandes exploitations. Ces dernières pâtissent de déséconomies d'échelles liées leur taille et aux coûts d'organisation du travail, ainsi que, dans le cas des plantations industrielles, de la poursuite d'une logique industrielle au détriment de la logique agricole. Les conclusions de ce travail ont d'importantes implications pour les bailleurs de fond ou les agences de développement.

D'AUTRES PUBLICATIONS SUSCEPTIBLES DE VOUS INTÉRESSER

Prisons en Afrique : expériences, modèles et circulations

Sous la direction de Marie MORELLE et Frédéric LE MARCIS

Agricultures familiales et territoires dans les Suds

Sous la direction d'Alia GANA, Évelyne MESCLIER et Nasser REBAÏ

Les femmes dans la lutte contre le VIH/SIDA. Aidantes du Mozambique

Par Yves A. FAURÉ, Isabel M. CASIMIRO, Carlota M. TEMBE, Luisa C. MUTISSE

L’Etat réhabilité en Afrique : réinventer les politiques publiques à l’ère néolibérale

Par Emmanuel GREGOIRE, Jean-François KOBIANE, Marie-France LANGE (éd.)