Partenaires

Logo tutelle
Logo tutelle Logo tutelle
Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Soutenance de thése, Sihé NEYA, lundi 24 février 2020

Sihé NEYA a soutenu sa thèse de géographie intitulée « Burkina Faso - Côte d’Ivoire, c’est chambre-salon . Retour au pays d’origine et reconfiguration d’un espace migratoire transnational », le lundi 24 février 2020 au Centre Panthéon – Salle 6 – 12 Place du Panthéon – 75005 Paris.

Membres du jury  :

  • Jérôme LOMBARD, Directeur de recherche, IRD, directeur de thèse
  • Florence BOYER, Chargée de recherche, IRD, codirectrice de thèse
  • Sylvie BREDELOUP, Directrice de recherche, IRD (rapporteure)
  • Geneviève CORTES, Professeure des universités, Université de Montpellier III (Rapporteure)
  • Emmanuel MA MUNG, Directeur de recherche émérite, CNRS (Examinateur)
  • Jean-Fabien STECK, Maître de conférences HDR, Université Paris Nanterre (Examinateur)
  • Lassane YAMEOGO, Maître de conférences, Université Joseph Ki-Zerbo (Examinateur)

Résumé de la thèse :

L’émigration des Burkinabè du Burkina Faso vers la Côte d’Ivoire, vieille de plus d’un demi-siècle, a entraîné des circulations migratoires importantes entre ces deux pays. Les Burkinabè et leurs descendants installés en Côte d’Ivoire entretiennent des liens multiformes avec leur pays d’origine, le Burkina Faso. Certes, les liens transnationaux, orientés de la Côte d’Ivoire vers le Burkina Faso, ont largement été documentés. Mais ceux-ci méritent d’être réinterrogés avec l’avènement des migrations de retour et d’installation des migrants et leurs familles au Burkina Faso, qui se sont accentuées en raison des crises ivoiriennes des deux dernières décennies. La thèse interroge la manière dont les migrations internationales de retour au Burkina Faso participent à la réorganisation des espaces de vie transnationaux dans l’espace migratoire ivoiro-burkinabè (Burkina Faso-Côte d’Ivoire) produit par l’immigration burkinabè en Côte d’Ivoire. Dans cet espace, à la fois en soi et pour soi, ce sont les acteurs et les lieux en jeu qui sont questionnés. Les migrants de retour restent aussi des acteurs transnationaux dont la mobilité sociale et les pratiques transnationales amènent à repenser le pays d’origine et la ressource au sein d’un espace migratoire transnational. Autrement dit, dans l’espace migratoire transnational ivoiro-burkinabè, la ressource est localisée dans le pays d’accueil et le pays d’origine. Le Burkina Faso devient une ressource pour générer une relation d’interdépendance plutôt qu’une relation de dépendance entre les deux pays. Les migrants et leur famille font de la dispersion spatiale un capital.

Dans la même rubrique :