Partenaires

Logo tutelle
Logo tutelle Logo tutelle
Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


DERVIEUX Zénaïde

Doctorante A.T.E.R.

Sorbonne Université – Faculté des Lettres

Laboratoire de géographie PRODIG

Courriel : zenaide.dervieux@gmail.com

Mots-clés thématiques

  • justice spatiale
  • gestion communautaire
  • participation

Mots-clés géographiques

  • Zimbabwe
  • Hwange

Thèmes de recherche

Thèse

Territorialités et résistances silencieuses : à l’ombre du Parc national de Hwange, au Zimbabwe
- Année d’inscription : 2016
- Etablissement d’inscription : Sorbonne Université – Faculté des Lettres
- Directeur de thèse : Marianne Cohen
- Co-Direction : RAIMOND Christine

Au Zimbabwe, les relations que les populations du district de Hwange entretiennent avec les aires protégées ont surtout été décryptées en termes de conflits entre humains et non humains à la fois par les organisations internationales, les pouvoirs publics et les chercheurs. Cette lecture en occulte une autre, qui a trait à des conflits plus latents, relatifs à l’histoire du territoire et aux inégalités d’accès au foncier dans un district situé aux marges de l’État. Les habitants des terres communales, expulsés de leurs terres peu après le début de la colonisation, à des fins de production agricole (fermes coloniales) et de conservation de la nature (création du plus grand parc national du pays, de forêts protégées et de concessions privées dédiées à la chasse sportive), ont été dépossédés sur les plans matériel et symbolique. Malgré les projets de réforme foncière, entamés après la guerre de libération par le gouvernement dès 1980 afin de réduire les disparités d’accès au foncier héritées de la colonisation, les habitants des terres communales du district demeurent confrontés à des inégalités spatiales et environnementales criantes. À partir d’un terrain ethnographique conduit pendant onze mois entre 2017 et 2019 au sein de villages avoisinants le Parc national de Hwange, cette thèse propose d’interroger les moyens par lesquels les groupes sociaux du nord-ouest du pays initient des formes de négociations, d’arrangements et de résistance face aux accaparements étatiques et privées des terres agricoles du siècle dernier (confiscation des terres par les différents régimes et accaparement par l’élite au pouvoir). Cette recherche, en documentant les représentations spatiales et les expériences microlocales, vise à saisir la dynamique et la graduation des conflits tant du point de vue des rapports de pouvoir entre villageois et autorités traditionnelles que de leurs interactions avec différentes instances étatiques et privées.