Partenaires

Logo tutelle
Logo tutelle Logo tutelle
Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


THEME 1 : Processus productifs et échanges, régulations et dynamiques territoriales

Les recherches de ce thème portent plus particulièrement sur les articulations entre processus productifs et dynamiques territoriales dans lesquelles ils s’inscrivent et qui, en retour, contribuent à les orienter, avec celles portant sur la géographique politique des ressources, le rôle des échanges dans la construction des trajectoires étatiques, la recomposition des territoires et in fine l’élaboration des modèles de développement, économique et politique dans le contexte des changements globaux.

La réflexion s’intéressera également à l’étude des normes et de l’action publique et, plus généralement, aux modalités de régulations tant formelles qu’informelles de ces activités productives et échanges. Une approche critique des instruments, catégories et représentations en jeu dans la mise en forme de ces activités et de leurs régulations, construites autour des notions de « développement » et d’« environnement », sera proposée. La mondialisation des échanges constitue un contexte essentiel pour appréhender ces évolutions. Elle oblige à articuler échelles d’analyse mondiale et locales et à réfléchir aux modalités d’une approche comparatiste. Ces questions seront abordées, comme dans le quinquennal précédent, à partir des liens entre la différenciation des processus productifs, l’élaboration des échanges, la production des inégalités sociales et la recomposition des territoires. La question environnementale se trouve en filigrane de notre analyse, que celle-ci soit abordée à travers les transformations de l’agriculture, les modalités d’accès, de mobilisation et de gestion des ressources et des questions de justice sociale ou au travers des recherches portant sur les normes, catégories et représentations associées.

Pour comprendre les relations entre les processus productifs et les échanges, les régulations (économiques et politiques) et les dynamiques territoriales, ainsi que les catégories et représentations construites autour de ces processus, il paraît nécessaire de les décrire et les analyser à partir de recherches de terrain, complétées par d’autres sources. Si l’entrée territoriale est privilégiée, les phénomènes seront aussi analysés à partir des relations que les acteurs entretiennent entre eux dans leurs environnements. C’est tout particulièrement la diversité de ces acteurs (publics et privés, formels et informels) et des mondes sociaux auxquels ils appartiennent qu’il nous importera d’appréhender à différentes échelles, du local au global. Cette approche multiscalaire nécessite de poursuivre une réflexion de fond sur les objets d’étude, les concepts, les sources et les méthodes associés à chaque échelle. L’approche comparée des processus sera au cœur de notre analyse, étant entendu qu’il ne s’agit pas de juxtaposer des études de cas, mais de développer une approche compréhensive globale des phénomènes en cours - la comparaison des trajectoires alimentant l’interprétation des singularités et des processus génériques, ainsi que celle des dynamiques de convergence ou de différenciation. Les recherches seront organisées en quatre perspectives : les transformations à l’œuvre dans le secteur agricole, la question des ressources abordée dans une optique de géographie politique, celle de l’informalité, des normes et de l’action publique et enfin celle liée à la lecture critique des catégories et représentations construites autour des notions de ressource, de développement et d’environnement.