Partenaires

Logo tutelle
Logo tutelle Logo tutelle
Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


BIVILLE Quentin

Doctorant

Chargé de cours à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Laboratoire de géographie PRODIG

2, rue valette - 75005 Paris

Tél. professionnel : 0616055395

Courriel : quentin.biville@gmail.com

Mots-clés thématiques

  • Patrimoine mondial
  • Instrumentalisation du patrimoine mondial
  • Étude des catégories patrimoniales internationales

Mots-clés géographiques

  • République populaire de Chine
  • Province du Sichuan
  • Patrimoine mondial naturel et culturel
  • Géopolitique interne de la Chine

Thèmes de recherche

Thèse

Patrimoine mondial et construction géopolitique dans la province du Sichuan (Chine)
- année d’inscription : 2014
- Etablissement d’inscription : Université Paris1-Sorbonne
- Directeur de thèse : SANJUAN Thierry
- Co-Direction : BELAÏDI Nadia

À la suite de la ratification de la Convention concernant le patrimoine mondial culturel et naturel, en 1985, la République populaire de Chine s’est élevée à la seconde place, en termes de nombre de biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial, dans le monde. Dans la province du Sichuan, les cinq sites inscrits se situent à la frontière entre le Tibet et la Chine des Han. Ce travail de doctorat a pour but d’étudier le patrimoine mondial comme objet de géopolitique interne de la Chine, à travers le cas de la province du Sichuan. Dans le Sichuan, les sites inscrits sur la Liste sont peuplés de populations issues de minorités ethniques, qui font l’objet de politiques d’exclusion et d’incitation au départ, à travers des contraintes (aménagements, protection de l’environnement) qui les forcent à abandonner leurs modes de production traditionnels et leurs territoires. A travers l’étude de ces groupes ethniques et de leurs rapports avec les visiteurs des sites classés, nous analyseront comment l’État chinois instrumentalise le concept de patrimoine mondial pour s’approprier un espace de marge. À l’échelon international, l’appropriation du modèle patrimonial de l’Unesco permet au gouvernement communiste de légitimer une action patrimoniale fondée sur un marquage territorial, lui permettant d’affirmer une continuité dans la construction d’un espace national. Ce projet comprend à la fois des enjeux identitaires, par la thématique de l’exclusion des populations et d’appropriation du territoire, et économiques, par un objectif de mise en valeur touristique des sites, et l’utilisation d’un label. C’est pourquoi il allie une analyse sur le terrain des enjeux patrimoniaux de la province, ainsi qu’une analyse des catégories juridiques du programme mondial de l’Unesco et des lois du patrimoine chinois, qui permettent une meilleure compréhension des dynamiques patrimoniales au niveau local.

Travaux disponibles

  • BIVILLE Q., 2013, Le panda : animal politique. Système et jeux d’acteurs dans le processus d’inscription de l’habitat du panda géant au patrimoine mondial de l’Unesco, mémoire de recherche. Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 120p. Disponible à la bibliothèque de l’Institut de Géographie
  • BIVILLE Q., 2014, Patrimoine mondial et Sichuan occidental, un processus de construction national, mémoire de recherche. Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 119p. Disponible à la bibliothèque de l’Institut de Géographie

Ouvrages ou chapitres d’ouvrages

  • BIVILLE Q., 2013, Le panda : animal politique. Système et jeux d’acteurs dans le processus d’inscription de l’habitat du panda géant au patrimoine mondial de l’Unesco, mémoire de recherche. Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 120p.
  • BIVILLE Q., 2014, Patrimoine mondial et Sichuan occidental, un processus de construction national, mémoire de recherche. Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 119p.