Partenaires

Logo tutelle
Logo tutelle Logo tutelle
Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Programme CHANCIRA

CHANgements environnementaux, CIrculation de biens et de personnes : de l’invasion de réservoirs à l’apparition d’anthropozoonoses. Le cas du RAt noir dans l’espace sénégalo-malien

Coordinateur/responsable : IRD SESSTIM

Participants PRODIG :

Partenaires : PRODIG, CBGP, Institut Pasteur de Dakar

Résumé Face aux interrogations actuelles sur l’extension des aires de répartition de réservoirs d’anthropozoonoses et de la contamination d’espaces jusque là indemnes, le programme CHANCIRA cherche à comprendre, dans l’espace sénégalo-malien, les processus qui régissent la diffusion des hôtes et le passage à l’homme des pathogènes à travers la dynamique du rat noir (Rattus rattus) et des maladies dont il est porteur. La dynamique spatio-temporelle de cette aire de répartition réagissant à de multiples déterminants qui interagissent entre eux (variabilité climatique, changements dans l’occupation et pratiques de l’espace, augmentation de l’urbanisation, des flux…), la question de recherche privilégie une approche rendant compte de l’évolution des systèmes géographiques à l’échelle historique (depuis le début du XXè siècle jusqu’aux dynamiques récentes) et allant de l’échelle zonale (Sénégal et Mali) à l’échelle locale (axes routiers et localités de diffusion récente).

Le projet s’appuie sur plusieurs disciplines (géographie de la santé, des transports, aménagement, climatologie, rodentologie, entomologie médicale, virologie) et se revendique de l’interdisciplinarité à tous les stades de conception et d’analyse du programme de travail. Il s’ancre dans les travaux portant sur la définition des systèmes géographiques, sur les phénomènes de diffusion, sur la définition des espaces potentiels et des aires fonctionnelles de la maladie.

La conduite des opérations confronte des corpus de données climatiques, historiques, démographiques, rodentologiques, sérologiques, relatives à l’urbanisation et aux transports et préalablement collectés dans les archives. Des enquêtes de terrain à échelle fine (comptage de flux, capture de rongeurs, de vecteurs, prélèvements sanguins, enquêtes domiciliaires socio-économiques) sont réalisées sur des sites ateliers. Une base de données spatialisée est élaborée afin de permettre l’articulation des données. L’espace sénégalais est caractérisé selon des étapes temporelles à partir de marqueurs de la diffusion à l’échelle historique et selon un maillage qui permet l’articulation entre les différentes données. La dimension récente de la diffusion et le passage à l’homme des anthropozoonoses sont étudiés le long de deux axes routiers de l’est du Sénégal, conduisant à la modification actuelle du front de colonisation de l’espace occupé par R. rattus : d’une part, l’axe Tambacounda – Kédougou au sud, climatiquement favorable au rat noir et ouvert depuis les années 1990 ; d’autre part, l’axe Tambacounda – Kayes au nord, climatiquement défavorable mais en pleine croissance en raison de l’augmentation des trafics vers le Mali. L’analyse des données à de multiples échelles temporelles et spatiales fait appel aux outils statistiques multiniveaux et aux fonctionnalités des SIG.

Durée : 2011-2014

Dans la même rubrique :