Partenaires

Logo tutelle
Logo tutelle Logo tutelle
Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Grafigéo 2003-21 - Les rapports Ville/État en Mauritanie. Le cas de Nouakchott

par Armelle CHOPLIN

ISBN 2 901560 55 5

Un Etat-nation est créé, une capitale est érigée. Ainsi pourrait se résumer la naissance conjointe de la Mauritanie et de Nouakchott à la fin des années 1950. Un modeste bourg de 500 habitants est en effet désigné pour présider à l’affirmation de ce tout jeune pays. C’est au regard de cet exemple mauritanien que ce travail entend décliner les possibles interactions entre la ville et l’Etat.

Nouakchott n’est dans un premier temps qu’une simple création politique. Mirage sorti des sables, elle se doit d’asseoir et légitimer le nouveau pouvoir. Celui-ce est toutefois rapidement dépassé. Les nomades, victimes d’une grande sécheresse, se ruent en masse vers la capitale. Tous les projets d’aménagement sont vains. Nouakchott devient une immense surface démesurée et incontrôlable. Elle abrite aujourd’hui près d’un million d’individus.

Quarante ans après sa naissance, la question est de savoir qui fait la ville. Comment l’Etat se sert-il de cet espace politique qu’il a créé et façonné à son image ? Quels peuvent être le poids des politiques décentralisatrices et autres bailleurs de fonds dans un contexte de retour au local et développement durable ? Enfin, Nouakchott n’est-elle pas autre chose qu’un projet politique ? A la capitale d’Etat s’opposerait la ville des habitants. Nouakchott est un entre deux culturel : ni tout à fait arabe et pas vraiment africaine, elle est surtout une invention sociale. Chantier permanent et lieu où toutes les lois sont transgressées, elle renierait son acte de naissance en évoluant sans l’Etat.

Ces pages sont l’aboutissement d’une recherche menée dans le cadre d’un DEA de géographie urbaine. Elles tentent d’expliquer les conséquences spatiales des tensions sociales qui opposent les divers acteurs de la grande ville africaine.

Dans la même rubrique :