Partenaires

Logo tutelle
Logo tutelle Logo tutelle
Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Grafigéo 1999-06 - La colonisation mennonite en Bolivie. Culture et agriculture dans l’Oriente

par Gwenaëlle Pasco

ISBN 2-901560-37-7

Les Mennonites, cousins des Amish, se sont maintenus pendant plus de quatre siècles sous la forme de communautés indépendantes, en rupture avec l’environnement social des pays où ils ont émigré.

Ils tirent leur nom d’un prédicateur des Pays-Bas, Menno Simons (1496-1561), un des chefs de l’anabaptisme pacifique. 35 000 descendants de cette secte, née en Europe à l’époque de la Réforme, prospèrent aujourd’hui, dans l’est de la Bolivie.

Leur identité s’appuie sur des traits matériels tels que la pratique de l’endogamie et le maintien d’un dialecte, le Plaut Dietsch. Autant par conviction que par nécessité, leur mode de vie est devenu exclusivement rural. La quête de larges étendues de terre où leurs familles nombreuses pourraient préserver leurs traditions, loin de l’influence corrosive du monde moderne, a finalement conduit les plus puritains à se tourner vers cet État andin enclavé. A l’abri dans leurs colonies, défrichées sur la forêt à partir des années cinquante, ils ont initié sur les fronts pionniers de l’Oriente une véritable révolution agricole. Cependant les conséquences de leurs pratiques culturales importées s’annoncent tragiques pour l’écosystème tropical fragile. En plaçant leurs convictions théologiques au-dessus de toute autre exigence, seraient-ils responsables d’un désastre écologique annoncé et dénoncé ?

En tout cas, l’avenir de ces communautés, écartelées entre la volonté farouche de défendre leur identité et les impératifs de la sauvegarde d’une nature menacée, devient quelque peu incertain.

Dans la même rubrique :