Partenaires

Logo tutelle
Logo tutelle Logo tutelle
Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


PRODIG en lutte

Nous chercheurs, doctorants, ingénieurs, enseignants-chercheurs, techniciens, personnels administratifs de la recherche du laboratoire PRODIG UMR 8586 multitutelle : CNRS - Paris1- Paris 4 - Paris 7 - EPHE, pleinement solidaires avec le mouvement actuel de contestation des réformes qui touchent la recherche et l’enseignement supérieur, déclarons notre « Laboratoire en lutte » pour sauvegarder une université où la recherche et l’enseignement restent complémentaires afin de continuer à offrir un enseignement de qualité à ses étudiants et de garantir le rayonnement scientifique de l’université.

- Nous refusons le démantèlement des structures de la recherche – composante essentielle du « système Université »

- Nous refusons une loi qui marque une rupture avec les principes de fonctionnement démocratique de l’Université et qui annonce bien d’autres transformations que celle du seul statut de fonctionnaire.

- Nous réaffirmons le caractère indispensable de la tutelle institutionnelle du CNRS pour notre laboratoire - comme des autres EPST pour les laboratoires des autres universités avec lesquels nous exprimons notre solidarité

Nous nous opposons à une réforme sans projet qui :

  • transforme les chercheurs en gestionnaires de projets de recherche dont les thématiques sont dictées par le Ministère et dont la durée de vie est trop courte pour donner des résultats valables - au détriment de la recherche fondamentale
  • transforme les universités en prestataires de services de formation pour le marché de l’emploi, au mépris des missions de transmissions des savoirs
  • amène les étudiants à payer des droits d’inscription de plus en plus élevés pour permettre à l’université de fonctionner dans son "autonomie" au détriment de leur liberté d’accéder aux facultés de leurs choix.

Nous exigeons le retrait total et immédiat de l’ensemble de la loi LRU et l’abandon de tous les projets de décrets, notamment :

  • le décret dénaturant le statut des enseignants-chercheurs ;
  • la « réforme » de la formation et du recrutement des enseignants du 1er et 2nd degrés ;
  • le « contrat doctoral ». Nous exigeons la restitution des postes supprimés, la résorption de la précarité chez les enseignants, les chercheurs, les BIATOSS et ITA par un plan pluriannuel de création de postes ; la titularisation des personnels contractuels. Nous exigeons l’arrêt du démantèlement des organismes de recherche, notamment du CNRS et de l’IRD ; l’abandon de leur transformation en agences de moyens et le rétablissement de leur fonction d’opérateurs de recherche ; le reversement des moyens de l’AIRD et de l’ANR aux organismes de recherche. Nous exigeons l’abandon de toute politique de désassociation entre EPST et universités et donc le maintien des UMR avec leurs tutelles multiples.

Nous réclamons une large consultation de tous les personnels universitaires et scientifiques afin d’élaborer un nouveau projet de réforme de l’organisation de la recherche et de l’enseignement supérieur qui garantisse l’indépendance nécessaire pour le travail d’enseignement, de recherche et de transmission du savoir.

La motion est adoptée par 56 voix pour, 0 voix contre, 0 abstention, sur 22 présents et 34 procurations par l’UMR 8586 réunie en Assemblée générale exceptionnelle, le 25 mars 2009 à 16 heures.

Appel pour un rassemblement national des délégués de laboratoire

Sauvons la recherche

Sauvons l’Université